MFI est le fruit de plus de vingt ans d'expérience en protection incendie sur les plus gros chantiers français. Elle s'inscrit dans un contexte où le feu est encore l'une des causes les plus importantes d'accidents domestiques et de dégâts matériels.

En France, en 2012, plus de 300 000 incendies se sont déclarés, dont 81 000 feux d’habitations, 6 500 d’établissements recevant du public (ERP) et 5 500 d’entrepôts et locaux industriels. Ces incendies ont fait 15 500 victimes dont près de 400 morts majoritairement dus à l’inhalation de fumées. Le coût direct de ces incendies serait estimé à plus de 2 milliards d’euros.

Le feu, en quelques chiffres :

  • 1 Français sur 3 sera touché par un incendie durant sa vie;
  • En France, un incendie domestique est enregistré toutes les deux minutes;
  • Lors d’un incendie, une pièce peut atteindre les 600°C en 3 minutes;
  • 1 incendie sur 3 est d’origine électrique;
  • 70% des incendies mortels se produisent la nuit;
  • 75 % des entreprises sinistrées déposent le bilan.

La population française s’agrandit et, malgré une baisse du nombre de permis de construire, le parc immobilier en France ne cesse de s’étoffer. Ces évolutions font que les risques d’incendie se multiplient. Pour pallier ce phénomène, les produits de la construction doivent être de plus en plus performants.

C'est dans ce cadre que MFI conçoit et fabrique des produits industriels performants adaptés aux entreprises d'installation et à la hauteur des enjeux de la sécurité incendie.

Pour diminuer les risques et les accidents en cas d’incendie, les bâtiments font l’objet de dispositions, d’arrêtés et d’exigences réglementaires fixés par les pouvoirs publics français et dont les objectifs sont de :

  • Améliorer la sécurité contre les risques d’incendie et de panique,
  • Protéger les personnes et les biens,
  • Permettre l’évacuation rapide des occupants en cas d’incendie,
  • Faciliter et sécuriser l’intervention des secours,
  • Limiter la propagation de l’incendie.

La réaction au feu est l’ensemble des propriétés d’un matériau de construction qui contribuent à la naissance et au développement d’un incendie :

  • Sa combustibilité : tendance d’un matériau à transmettre la chaleur en fonction de l’échauffement ;
  • Son inflammabilité : tendance d’un matériau à dégager des gaz susceptibles de produire des flammes ;
  • Le dégagement de gaz et de fumées ;
  • La production de particules et/ou de gouttelettes enflammées.

Les méthodes d’essai et le classement de réaction au feu sont fixés dans l’arrêté du 21 novembre 2002 relatif à la réaction au feu des produits de construction et d’aménagement (peintures, revêtements muraux, etc.).

Les Euroclasses, système en vigueur à l’échelle européenne (NF EN 13501-2), s'appliquent à tous les produits de construction et d’aménagement relevant d’une norme harmonisée (soumis au marquage CE) :

Classes de performance de réaction au feu Critères complémentaires de classement
A1 Aucune contribution au feu, même dans le cas d’un feu très développé s

Production de fumées

s1 : très faible production de fumées

s2 : production limitée de fumées

s3 : production élevées de fumées

A2 Très faible contribution au feu
B Contribution faible au feu d

Production de gouttelettes et/ou de particules enflammées

d0 : pas de gouttelettes/particules enflammées

d1 : gouttelettes/particules enflammées ne persistant pas plus de 10s.

d2 : gouttelettes/particules enflammées

C Contribution significative au feu
D Contribution élevée au feu
E Contribution importante au feu

Exemples de produits visés par ce classement :

isolants, plaques de plâtre, joints et systèmes de calfeutrement, matériaux d’aménagement et de décoration, enduits, vernis, etc.

F Pas de comportement en réaction au feu déterminé

La résistance au feu est la capacité d’un élément de construction à remplir sa fonction malgré l’action d’un incendie au moins le temps nécessaire à l’évacuation des occupants et à l’intervention des secours.

Les méthodes et les conditions d’évaluation des performances de résistance au feu des éléments de construction sont définies dans l’arrêté du 22 mars 2004 modifié relatif à la résistance au feu des produits, éléments de construction et d’ouvrages.


En classification européenne, 3 critères principaux R, E et I sont définis :

  • La Capacité portante R : aptitude d’un élément porteur à conserver sa stabilité durant un incendie.
  • L’Etanchéité au feu E : aptitude d’un élément, avec fonction de compartimentage, à résister à une exposition au feu sur un seul côté sans transmission au côté non exposé.
  • L’Isolation thermique I : aptitude d’un élément à résister à une exposition au feu sur un seul côté sans le transmettre par transfert de chaleur au côté non exposé. La température moyenne sur la face non exposé ne doit pas dépasser de plus de 140°C la température initiale (ou 180°C ponctuellement).

Ils sont attribués aux éléments selon leur fonctionnalité :

  • Eléments séparateurs : critère E (étanchéité), et, si besoin, critère I (isolant) ;
  • Eléments porteurs : critère R (résistance mécanique) ;
  • Eléments séparateur et porteur : critères R, E et, si besoin, I.

A ces critères principaux peuvent être associés des critères optionnels : W (Rayonnement), M (Action mécanique), C (Fermeture automatique), S (Etanchéité aux fumées), G (Résistance la combustion de suie), K (Protection contre l’incendie).

Le degré de résistance au feu s’exprime alors en minutes : 15 – 20 – 30 – 45 – 60 – 90 – 120 – 180 – 240 – 360.